C’est lors d’une des fameuses Hestejadas de las arts d’Uzeste qu’André Minvielle croise la route du collectif normand Papanosh. D’emblée, la rencontre fait des étincelles, ouvrant tout naturellement la voie à une première création commune. Le (pré)texte ? Rien moins que les poèmes de Prévert, dont le rapport à la musicalité de la langue recoupe de manière évidente les préoccupations du vocal’chimiste gascon, jongleur de syllabes et infatigable collecteur d’accents. Mais c’est peut-être plus encore l’esprit libertaire du grand Jacques qui résonne et déraisonne dans ce nouveau projet, conçu comme une sorte de cabaret dada, doté d’un swing inné. Les vers y dansent sur des airs de valse et de java, des fanfares funk ou des rythmiques cubaines, s’échappant joyeusement des cahiers d’écoliers où on les avait un peu tôt enfermés. Plus qu’un hommage : un ardent et festif travail de réactualisation, un point de vue nouveau sur une œuvre qu’on croyait pourtant connaître.

Pour en savoir plus sur l'artiste : https://www.andreminvielle.com/

samedi 16 novembre à 15h
sous la verrière
à la médiathèque Jean-Jaurès
Entrée libre

Renseignements au 03 86 68 48 50

Détails des prochaines sessions

Le à